Inondations : comment se faire indemniser

Les dommages causés par les inondations sont couverts par les assurances multirisques habitation, à condition qu’elles soient reconnues comme catastrophe naturelle. L’arrêté de reconnaissance de cet état sera signé mercredi prochain.

Les dommages causés par les inondations sont couverts par les assurances multirisques habitation, à condition qu’elles soient reconnues comme catastrophe naturelle. L’arrêté de reconnaissance de cet état sera signé mercredi prochain.

Publicité

1/5

Dans le Loiret, la Seine-et-Marne ou encore l’Essonne, de nombreuses maisons sont totalement inondées et des voitures noyées sous un ou deux mètres d’eau. L’Etat de catastrophe naturelle sera reconnu dès le prochain Conseil des ministres, mercredi prochain, pour les zones «les plus touchées» par les intempéries, a annoncé jeudi le président de la République, François Hollande.

En attendant, les victimes doivent d’ores et déjà contacter leur assureur, par téléphone, e-mail, ou encore en se connectant à l’application mobile ou au site internet de la compagnie. «Il ne faut pas attendre que l’arrêté de catastrophe naturelle soit pris pour contacter son assureur. Les victimes doivent agir immédiatement. Ce qui permettra d’ouvrir les dossiers, de commencer à les instruire et donc de gagner du temps», explique-t-on à la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA). Il est indispensable de conserver les preuves de la situation (vidéos, photos, témoignages de voisins).

Comment est-on couvert

Les dommages causés par les inondations sont couverts par les contrats d’assurance multirisques habitation ou auto (ou multirisques entreprises pour les PME ou TPE), lorsque les intempéries sont reconnues comme catastrophe naturelle. Attention, concernant les voitures, les dégâts sont indemnisés seulement si le contrat comporte une garantie dommages. Celles assurées au tiers (pour la responsabilité civile) n’ouvrent donc droit à aucun remboursement.

Allongement des délais de déclaration

À compter de la publication de l’arrêté de catastrophe naturelle, les assurés qui n’auront pas déjà déclaré le sinistre auront encore dix jours pour le faire. «Les assureurs sont généralement assez souples avec les délais et n’hésitent pas à consentir des jours supplémentaires. Les propriétaires de résidence secondaire vivant à l’étranger font leur déclaration à partir du moment où ils prennent connaissance du sinistre», explique , Philippe Lequeux-Sauvage, correspondant du Centre de documentation et d’information de l’assurance (CDIA). Les uns après les autres, les assureurs (Allianz, Caisse d’Epargne, Macif, Maaf, MMA, GMF...) annoncent qu’ils allongeront le délai de déclaration au 30 juin.

Les compagnies d’assurance s’organisent. Allianz, par exemple, a mis en place un numéro gratuit 0.800.00.15.00 et propose notamment de verser à ses assurés «des acomptes pour faire face aux situations urgentes». Les personnes assurées auprès de la Caisse d’Épargne peuvent, elles, contacter le 0.800.30.43.16. «Des mesures de relogement dérogatoires sont également mises en place pour les sinistres les plus critiques», précise-t-on à la Caisse d’Épargne. La Caisse d’Epargne Ile-de-France, propose en outre aux franciliens sinistrés de souscrire un crédit à la consommation de 3000 euros maximum sur 24 mois à 0 %. «Afin de faire face aux dépenses d’urgences, en complément de l’assurance», indique-t-elle.

La Macif a elle mis en place une cellule dédiée aux sociétaires sinistrés de Nemours. «Le point d’accueil de Nemours étant lui-même sinistré, les sociétaires Macif sont invités à contacter le Macitel au 09 69 39 49 29» ou à se rendre au Centre de Gestion Macif (2 rue d’Egreville - ZI de Nemours)», indique la mutuelle.

Les dégâts couverts

Les dommages causés par l’humidité ou la condensation, mais aussi les frais de pompage, de nettoyage et de désinfection des locaux sont garantis. Attention, toutefois, une franchise de 380 euros pour les habitations, les voitures (motos), reste à la charge des assurés.

Les personnes dont la maison est en cours de construction n’ont pas à se tourner vers leur assureur pour être indemnisées en cas de dégâts. Seul le constructeur ou l’entrepreneur étant responsable du chantier jusqu’à la remise des clés, c’est à lui de faire jouer son assurance. «Toutefois les personnes ayant souscrit une assurance multirisques habitation à la mise hors d’eau / hors d’air, peuvent s’adresser à leur compagnie», précise la FFSA.

Trouvez votre Mutuelle senior